Test matériel

Comparaison de la qualité photo du Sigma DP2 Quattro : Raw (X3F), JPEG (OOC) et HDR (X3I mode SFD)

Concernant les photos issues du capteur Fovéon, en l’occurence avec le compact expert Sigma DP2 Quattro, une mise à jour du Firmware a permis de révéler un mode HDR dénommé Super Fine Detail – SFD (à activer dans le menu du boitier) et à utiliser avec un trépied seulement (et aussi avec le retardateur ou le déclencheur à distance)! Les 7 photos enregistrées par ce mode SFD sous forme de braketing HDR sont enregistrées en un seul fichier X3I (volumineux de 7 prises de vue Raw à environ 50 Mo, soit 350 Mo…) mais la photo finale HDR n’est malheureusement pas générée par le boitier. Cela nécessite de passer par l’étape post-production sur l’ordinateur et de développer ce fichier via le logiciel maison Sigma PhotoPro avec les adéquats réglages des paramètres, ce qui n’est pas aisé, de plus, cela sollicite un ordinateur assez récent et puissant en terme de capacité de calcul. À savoir, que ce mode SFD n’est intéressant que dans certains cas, lorsqu’il n’y a pas de mouvement dans le cadre de la prise de vue (personnage, véhicule, vent, mouvement des feuilles ou des arbres), car selon la luminosité présente, ce braketing de 7 photos ressemble presque à une longue prise de vue. Cela limite ainsi les cas de figure, où cette option SFD est exploitable, et même si c’est le cas, le résultat n’est pas toujours à la hauteur des attentes. Par contre, il est toujours possible d’utiliser l’un des 7 fichiers Raw disponibles pour développer un jpeg ou un tiff, puis de le mélanger (partiellement) avec le fichier HDR obtenu, afin de rattraper par exemple un ciel trop clair, une zone sous-exposée. Et là, le résultat obtenu est d’une remarquable qualité, très réaliste, digne d’un moyen format et correct pour des tirages très grands formats et aussi pour un usage dans un contexte professionnel. La dynamique de l’image se retrouve ainsi agrandie pour une meilleure restitution des couleurs dans les zones claires et les zones sombres. Dans certains cas, cela vaut vraiment la peine, comme le démontre ces différentes comparaisons (lesquelles sont disponibles pour consultation dans une grande taille, avec le clic droit de la souris et “ouvrir l’image dans une nouvelle fenêtre”).

À gauche, un extrait d’image Raw, développé via le logiciel Iridient Developer

Au centre, le même extrait d’image, le jpeg d’origine (Out of the Camera – OOC) délivré par le boitier.

À droite, le même extrait d’image HDR (format X3I mode SFD), développé via le logiciel Sigma PhotoPro, et qui restitue une plus grande richesse de couleur, de détails, une plage dynamique du capteur qui passe de 12,8 EV au format Raw à 14,2 EV au format HDR ? Voir explications techniques sur le site de Sigma.

Related stories