Test matériel

Comparaison de la qualité photo du smartphone Nokia Lumia 1020 et du compact expert Sigma DP2 Quattro

Chaque année, les smartphones évoluent très légèrement au niveau de la qualité photographique, tout en gardant malheureusement des capteurs photo de taille très réduite (la taille des photosites est par conséquence beaucoup plus petite qu’un appareil photo normal), et du point de vue technique, les smartphones ne peuvent capter autant de lumière et d’informations, qu’un appareil photo, qu’il soit compact, bridge, ou reflex, dotés de capteurs photo plus grands et d’optiques plus grandes de meilleure qualité. C’est le prix à payer pour la compacité, en terme de qualité photographique, l’appareil photo ne sera pas ou jamais détrôné par un smartphone. Et pourtant, prendre des photos avec un smartphone est plus que tendance, non seulement le meilleur appareil photo est toujours celui que l’on dispose avec soi, lorsqu’on en a besoin, mais le smartphone compact est aussi facile à transporter au quotidien. Il est léger, se manie facilement, et est intuitif, agréable à utiliser, aussi pour partager en ligne et en temps réel des photographies, de les styliser via une application dédiée, car entretemps les smartphones sont devenus de vrais ordinateurs de poche très puissants ! C’est aussi l’une des raisons pourquoi les smartphones haut de gamme sont devenus presque plus chers qu’un appareil réflex APS avec optiques comprises !

Certes les innovations techniques, comme la stabilisation optique, le mode HDR, voir même sur certains smartphones, une seconde optique intégrée, permettent d’obtenir des prises de vue tout à fait honorables en présence de lumière, beaucoup moins lorsqu’il fait sombre… Ces photographies consultées sur l’écran sont restituées avec une très grande précision et de belles couleurs, grâce à la qualité et la définition de l’écran du smartphone (Full-HD ou plus). Par contre, ces mêmes photographies consultées par la suite sur un écran d’ordinateur (Full-HD ou plus) n’ont plus le même éclat, et à la taille d’origine à 100 %, les photos ne sont pas de bonne qualité … Peut-être à la taille 50%, la qualité visuelle est satisfaisante et qu’importe, la taille de ces images variant entre 8 et 20 millions de pixels, est entretemps suffisante pour utiliser ces photos pour l’impression offset, voir même pour faire la couverture d’un magazine kiosque avec une photo numérique issue d’un smartphone !

À titre d’exemple, voici une comparaison d’une prise de vue identique, l’une issue du smartphone de référence en 2013 (détrôné depuis peu à peu par certains smartphones), le Nokia Lumia 1020 avec un capteur de 41 millions de pixels, et l’autre photo issue d’un compact reflex Sigma DP2 Quattro avec un capteur Fovéon APS-C, délivrant des images de 20 millions de pixels, et qui a la particularité de faire des images très nettes dans l’ensemble de l’image. Le résultat du smartphone est très correct, pour un rendu de petite taille sur l’écran.

Voici un agrandissement à 100 % de cette photo (recadrée à titre d’exemple sur une petite zone) , l’une (à gauche) à partir du Nokia Lumia 1020 délivrant une image de 7136 x 5360 pixels soit 36,6 millions de pixels. L’avantage du Nokia Lumia 1020 est qu’il révèle beaucoup de détails, comme s’il était équipé d’un zoom, alors que la plupart des smartphones n’ont pas de zoom, par contre à 100%, ce n’est pas suffisant pour recadrer une partie de la photo, ce qui est possible pour certains boitiers réflex (à partir des années 2017) avec des optiques adéquates.

L’autre photo (à droite) provient du Sigma DP2 Quattro délivrant une image de 5424 x 3616 pixels soit 19,6 millions de pixels. Cette photo est nette à l’écran à 100% et fourmille de détails. C’est aussi l’avantage de cet appareil assez compact qui concurrence en matière de netteté d’image des boitiers plein format de 36 millions de pixels !

En conclusion, le smartphone Nokia Lumia 1020 peut dépanner et délivrer de belles photos en général, aussi en intérieur (il dispose d’un flash intégré), mais pas à l’extérieur, s’il fait sombre. La pérennité de ces photos est mise à l’épreuve, lorsque celles-ci sont consultées sur des grands écrans de très haute résolution (4K/UHD), en comparaison avec les photos du Sigma DP2 Quattro qui sont excellentes et très détaillées. De même, les photos issues du capteur Fovéon sont utilisables pour des tirages très grands formats, et dans un contexte professionnel. La dynamique de l’image dans la restitution des couleurs dans les zones claires et les zones sombres est clairement supérieure sur le compact expert au format APS-C, et encore plus, si la fonction HDR est utilisée. Cette fonction n’est en réalité utilisable seulement avec un trépied, afin de créer un fichier volumineux de 7 prises de vue à environ 50 Mo, soit 350 Mo… Le fichier final doit être développé par le logiciel maison Sigma PhotoPro. Dans certains cas, cela vaut la peine !

PS : L’inconvénient du smartphone Nokia Lumia 1020 est que l’autofocus est plutôt aléatoire, la totalité des images ne sont pas nettes, il faut vraiment vérifier ou faire plusieurs prises de vue pour être sûr d’avoir une photo nette ! À cela s’ajoute, qu’il faut utiliser par la suite sur l’ordinateur, un logiciel pour améliorer la netteté, l’exposition, la balance des blancs, soit à partir du fichier jpeg ou raw, pour obtenir une photo correcte.

Voici encore un autre exemple, pas forcément simple pour l’autofocus du smartphone avec cette richesse de végétation sur différents plans.

Et un extrait de cette photo à 100% : en haut le Nokia Lumia 1020 et en bas, le Sigma DP2 Quattro :

Related stories